Non classé
Leave a Comment

La joie et le cerveau

IMG_20190801_151033-01

L’art de la joie (2)

Nous aspirons tous à vivre dans la joie, cet état de grâce qui nous fait sentir pleinement vivant. Mais comment faire? Surtout si l’on vit une peine, un deuil, une perte, une frustration.

Augmenter la vitalité 

En psychothérapie, l’art de la joie débute avec la diminution des symptômes de souffrance. Avec les outils de la Psychothérapie Corporelle Intégrée (PCI) on apprend à reconnaître et gérer le mal-être. Ensuite on met l’emphase sur le bien-être. La psychothérapeute aide la cliente* à tolérer une intensité plus grande dans son corps pour augmenter sa vitalité. On peut dire que c’est l’expansion du soi qui mène à la joie!

Le bonheur

Mais où est le bonheur dans tout ça? Comment être heureux quand on doit composer avec les aléas de la vie, réguler des émotions fortes, vivre des chocs, accepter des difficultés, faire des choix douloureux? La bonne nouvelle c’est que la souffrance émotionnelle diminue au fur-et-à mesure que les habilités psychologiques augmentent….mais la douleur de vivre ne disparaîtra jamais complètement! C’est pour cela qu’il essentiel de cultiver la joie de vivre sur le long cours.

Biais pour la négativité

À la lumière des découvertes en neuropsychologie, nous savons que le cerveau a un biais pour la négativité. Son rôle premier est celui d’être aux aguets de la survie. De nos jours, les dangers de mort sont plutôt rares mais le cerveau archaïque continue à être vigilant. Il fait sa job! Les problèmes et les stresseurs sont brûlés à vif pour ne pas être oubliés. Le cerveau rumine, au cas où… Merci l’anxiété!

Apprendre la positivité 

Heureusement, le cerveau a aussi des capacités étonnantes pour se reprogrammer pour la positivité. C’est ce que l’on appelle la ‘neuroplasticité’. Nous pouvons donc encourager les états d’esprit lumineux, vibrants, empreints de beauté et joie de vivre. Mais avant d’arriver à une joie profonde et durable, un processus graduel est mis en place car l’apprentissage de la joie va à l’encontre des tendances du cerveau.

Stimuler la joie

Ce qui est merveilleux, c’est plus on stimule des états de joie grâce à des exercices dynamiques, plus le corps secrète l’ocytocine (l’hormone de l’amour) et les endorphines (hormones du bien-être)… Et en tant que mammifères sociaux, il est naturel pour nous de partager notre amour, nos idées, notre créativité. Nous avons un besoin fondamental de nous toucher les uns les autres: corps, cœur et esprit. Ici, la psychothérapie permet de développer et pratiquer les compétences relationnelles pour vivre une meilleure vie.

Le groupe L’art de la joie

Dans un groupe complice comme celui de L’art de la joie que je lance en septembre, l’esprit s’ouvre et le chemin dans le cerveau se trace plus rapidement. Les neurones se renforcent et une nouvelle empreinte joyeuse est créée dans le présent. Le message ‘j’aime ta vitalité’ est bien enraciné.

Heather Veltman, Ph.D.
Art Ed. Psychothérapeute
Permis OPQ

L’art de la joie, atelier de groupe, 6 vendredis soir 18h00 à 21h00. Début 27 septembre 2019. Centre Un Pas Vers Soi, 2450 rue Beaubien dans le quartier de Rosemont à Montréal. Prix $360. Places limitées. Inscriptions en ligne: heatherveltman.com

* Le genre est expressément alterné dans ce texte

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s